Tag Archives: favorites louis XV

La mouche

mouche

Dimanche soir je regardais une émission, présentée par Christine Bravo, intitulée « sous les jupons de l’histoire ». J’aime bien car c’est un résumé très frais et ludique de l’histoire et, point le plus important, c’est une émission sur les femmes! (qui ont marquées l’histoire, of course) Ce dimanche soir, donc, c’était sur Madame de Pompadour, la favorite de Louis XV. Je vous passe les blabla, venons-en aux faits!


 

Il faut savoir que sous Louis XV, la peau devait être très blanche. Pour cela, les femmes se fardaient d’une poudre appelée blanc de céruse (on l’utilise en peinture aussi); elles étaient aussi blanches que les geishas. Elles mettaient aussi du rouge aux joues à l’excès, que l’on appelle aujourd’hui le « blush ».


 

Les femmes de cette époque affectionnaient aussi particulièrement un petit ornement de peau, appelé « mouche ». C’est une mode qui est apparue sous Louis XIV  et qui perdure sous Louis XV et même bien après. A l’origine, la mouche est un morceau de taffetas noir, qui se colle sur un bouton, pour le cacher. Aujourd’hui nous avons la chance d’avoir de belles peaux sans défauts flagrants car nous avons la possibilité de nous soigner, notamment de la varicelle, la petite vérole, la rougeole etc. Mais avant, non: et cela laissait parfois des traces indélébiles sur la peau. Jusque là, rien de vraiment croustillant.


Ce qui m’a interpellé et m’a fait sourire, c’est que sous la Pompadour, cette mouche avait différentes significations en fonction d’où elle était placée sur le visage. Pourquoi? Et bien parce que ce bout de taffetas, outre le fait de cacher un pseudo bouton, avait pour fonction de définir la disponibilité ou non de l’élégante.

La mouche située sur le front : la Majestueuse

La mouche sur la joue : la Galante

La mouche sur le bout du nez (si si) : l’Effrontée ou Gaillarde

La mouche au-dessus de la lèvre supérieure : la Coquette ou Friponne coquette

La mouche sur le décolleté : L’assassine pour attirer le regard

La mouche sous la lèvre inférieure :  la Volage

La mouche sur le côté de la bouche : la Baiseuse, chaude comme la braise pour une nuit de frivolités!


 

Autant dire que la drague à l’époque et surtout à Versailles, c’était du gâteau !!! Aujourd’hui, pas facile pour un homme, au cours d’une soirée, de savoir si cette femme est disponible, si cette autre souhaite simplement une histoire d’un soir, ou si celle-là est sage, si celle-ci est plutôt coquine … peut-être que l’on peut considérer ça comme nos applications et autres sites de rencontre d’aujourd’hui 😉